Articles

Un film de Calgary raconte l’histoire de condamnation injustifiée de Steven Truscott à travers les yeux de sa femme

Posted by admin

 » C’était une obsession qui est devenue une histoire d’amour. »

Cela ressemble à un slogan pour un film. Ce sera peut-être le cas, puisque c’est ainsi que Marlene Truscott a résumé sa relation avec Steven Truscott lors d’une conversation avec la cinéaste de Calgary Wendy Hill-Tout il y a plusieurs années.

Chasing Justice, un film indépendant qui s’est terminé plus tôt cette semaine à Calgary, revisite l’affaire Truscott du point de vue de sa femme dévouée, qui est devenue convaincue de l’innocence de son futur mari bien avant qu’ils ne se marient ou n’aient une relation amoureuse.

 » Elle était une croisée pour lui « , dit Hill-Tout.  » C’est elle qui a dit  » Ce n’est pas bien. » Elle était l’Erin Brockovich du Canada dans mon esprit. C’était une femme très déterminée et quelqu’un qui croyait, en fin de compte, que le mal serait réparé. »

 » Elle a toujours cru que c’était son destin de le rencontrer et de s’impliquer dans son cas. »

Le film retrace l’histoire jusqu’à l’introduction de Marlene à l’affaire. Comme beaucoup de Canadiens, elle a lu pour la première fois à son sujet un extrait du livre de la journaliste Isabel LeBourdais, Le procès de Steven Truscott, publié en 1966 dans les journaux d’un bout à l’autre du pays. C’est une bombe qui a remis en question l’enquête policière et le procès subséquent qui ont mené à la condamnation en 1959 de Truscott, alors âgé de 14 ans, pour le viol et le meurtre de sa camarade de classe Lynne Harper à Clinton, en Ontario. Truscott a d’abord été condamné à mort, bien que cela ait été commué en prison à vie en 1960.

L’histoire continue ci-dessous

Cette publicité n’a pas encore été chargée, mais votre article se poursuit ci-dessous.

Marlene a été présentée à Truscott par LeBourdais après sa libération conditionnelle. Steven Truscott prendra finalement un nom d’emprunt, épousera Marlene en 1970 et élèvera trois enfants dans l’anonymat à Guelph, en Ontario. Le couple était marié depuis 30 ans lorsque Steven est réapparu publiquement en 2000 après avoir été interviewé par la CBC pour un épisode de the Fifth Estate. Cela l’a conduit à faire l’objet d’un autre livre, cette fois du journaliste Julian Sher. Le livre et la CBC ont tous deux soutenu que l’enquête et le procès étaient profondément viciés. Truscott a été officiellement acquitté en 2007.

L’histoire de Truscott a déjà été racontée un certain nombre de fois dans des livres vrais criminels. Des récits légèrement fictionnels ont également servi de base au film Recommendation for Mercy de 1975 et au roman d’Anne-Marie MacDonald de 2003, The Way the Crow Flies. Même Blue Rodeo a écrit une chanson sur l’affaire. En 2005, le dramaturge de Calgary Louis B. Hobson, Steven: The Steven Truscott Story, a été produit à Calgary et à Guelph. Hobson, qui est actuellement critique de théâtre pour Postmedia et ami avec Hill-Tout, s’est concentré sur le procès de sa pièce. Mais il a suggéré que les efforts inlassables de Marlene pour se battre pour son mari feraient un grand film. Bien que le combat de Steven soit assez connu au Canada, son rôle n’y est pas.

« Je pense que c’est une histoire totalement inconnue », dit Hill-Tout. « C’était l’histoire d’une femme derrière cet homme qui était vraiment remarquable pour son époque. Elle était femme au foyer et elle a juré le jour de (leur) mariage qu’elle allait l’aider. »

L’histoire continue ci-dessous

Cette publicité n’a pas encore été chargée, mais votre article se poursuit ci-dessous.

Pourtant, le script a mis beaucoup de temps à prendre forme. Hill-Tout est un producteur chevronné de Calgary dont le travail comprend le redémarrage télévisé de Little House on the Prairie en 2005 et le thriller de science-fiction apocalyptique The Northlander en 2016. Elle a dit avoir travaillé sur le script de Truscott pendant près d’une décennie entre d’autres projets.

 » C’était une si grande histoire « , dit-elle. « Cela dure plus de 49 ans et le procès à lui seul pourrait faire un film ou une mini-série. Il m’a fallu beaucoup de temps pour faire des recherches et vraiment comprendre l’histoire. L’une des parties les plus difficiles a été de comprendre ce qu’il y aurait dans ce film car vous ne pouviez faire qu’un seul film. »

Marlene et Sher étaient toutes deux des consultants pour la poursuite de la justice. Les emplacements comprenaient les studios J.R. Carburn Park de Calgary, le restaurant Galaxie et le quartier Mont-Royal. Le ranch C.L., à l’ouest de Calgary, a également été utilisé. Le film met en vedette Genie et l’actrice lauréate de Gémeaux Kristin Booth dans le rôle de Marlene et Greg Bryk dans le rôle de Steven. Le fils de Bryk, Dempsey, joue une version plus jeune de Steven et Julia Sarah Stone joue une version plus jeune de Marlene. Maxim Roy joue LeBourdais.

Mme Hill-Tout espère que le film sera présenté dans le circuit des festivals de cinéma canadiens l’automne prochain.

« L’une des raisons pour lesquelles j’aime cette histoire est qu’elle est vraiment du point de vue féminin », explique Hill-Tout. « Je pense qu’à certains égards, les femmes ont été écrites hors des histoires. Il y a tellement d’histoires canadiennes remarquables centrées sur les femmes et ces films n’ont jamais été réalisés. Leurs histoires n’ont jamais été racontées. »

Related Post

Leave A Comment