Articles

Si Seulement Tous Les Ophtalmologistes Le Savaient À Propos De TASS

Posted by admin

Pourquoi le syndrome du segment antérieur toxique vaut-il la peine d’être évité? Pourquoi les ophtalmologistes devraient-ils être concernés?

Comprendre le TASS: Complications et symptômes

La raison pour laquelle le TASS est si grave est que le TASS peut provoquer une atrophie de l’iris, des lésions du nerf optique, une opacification capsulaire postérieure, un œdème maculaire cystoïde et d’autres conditions graves.

Le TASS lui-même est provoqué par un agent non infectieux pénétrant dans le segment antérieur et créant des lésions toxiques vis-à-vis des tissus intraoculaires.

TASS, de loin, survient le plus souvent après une chirurgie de la cataracte. Cela dit, certains ophtalmologistes ont récemment signalé des complications postopératoires suite à l’implantation de lentilles intraoculaires.

La chose à garder constamment à l’esprit, cependant, est que le TASS est une condition postopératoire qui implique une inflammation du segment antérieur, mais le TASS lui-même est causé par une substance non infectieuse pénétrant dans le segment antérieur.

Complications du TASS

Chaque fois que vous présentez des dommages toxiques au tissu intraoculaire, vous craignez que les patients développent une inflammation sévère, une vision floue et des lésions possibles du nerf optique entraînant des complications plus graves. En fait, l’inflammation associée au syndrome du segment antérieur toxique peut être si prononcée qu’une superposition de globules blancs autour de la chambre antérieure elle-même pourrait se développer (formation d’hypopyon).

La formation d’hypopyon peut se présenter sous la forme d’un exsudat jaune dans la moitié inférieure de la chambre antérieure. Chez les patients souffrant de TASS après la chirurgie, vous pouvez également voir une rougeur de la conjonctive, ainsi qu’une rougeur de la couche la plus éloignée de la sclérotique (c’est-à-dire une rougeur de la couche épisclérale).

Les patients souffrant de TASS présenteront souvent des symptômes – à savoir une inflammation, une rougeur et une vision floue – dans les 48 heures suivant la chirurgie. Les patients peuvent souffrir ou non au moment où ils entrent dans votre bureau, mais ils souffriront presque certainement d’une vision floue et réduite et peut-être d’un œdème cornéen diffus qui s’étend du limbe au limbe.

Une sensibilité sévère à la lumière et à la luminosité (photophobie) ainsi que des réactions intenses de la chambre antérieure sont à attendre de la part des patients. Alors que les principaux symptômes du TASS se présentent chez les patients potentiellement dans un délai aussi court que 12 heures après la chirurgie, l’étendue complète de l’endophtalmie infectieuse peut ne pas se développer jusqu’à une semaine après la chirurgie de la cataracte.

Un examen avancé des causes de TASS

La prévention de TASS ne peut malheureusement pas se faire avec une solution miracle car les causes potentielles sont si nombreuses et multiformes.

Le TASS peut être causé au stade de la stérilisation, les anesthésiques et les onguents utilisés par les ophtalmologistes et leur personnel avant et pendant la chirurgie, ou le TASS peut même provenir de détergents et d’enzymes.

Cause fondamentale choquante de TASS

La véritable cause de TASS pourrait même vous surprendre – comme les centres de chirurgie de la cataracte ont effectué littéralement des millions de chirurgies de la cataracte au fil des ans, le temps que les ophtalmologistes passent à stériliser leurs instruments peut avoir diminué. Comment cela pourrait-il être? C’est simple: plus de patients devant subir une chirurgie de la cataracte signifie moins de temps entre les chirurgies. Moins de temps de préparation peut entraîner des erreurs négligentes.

S’assurer que tous les membres de votre personnel nettoient vos instruments conformément au protocole est une première étape essentielle pour prévenir le TASS. Il est également essentiel de s’assurer que les détergents et les enzymes restants ne sont pas encore sur vos instruments après le nettoyage de vos instruments – les détergents et les enzymes résiduels peuvent également entraîner des infections du segment antérieur chez les patients.

Dépannage avancé TASS

Si vous recherchez des conseils de prévention plus avancés, assurez-vous que vos réservoirs d’autoclave et vos bains à ultrasons sont régulièrement nettoyés, car cela peut réduire la propagation de la contamination par les endotoxines et la propagation rampante des bactéries gram négatives. Les bactéries Gram-négatives détruites lors du chauffage et de l’autoclavage peuvent néanmoins se retrouver sur vos instruments sous la forme de bactéries gram-négatives résistantes à la chaleur.

Même certains médicaments intraoculaires auxquels les patients pourraient être exposés – p. ex., antibiotiques en solution d’irrigation ou antibiotiques intracaméraux – peuvent prédisposer les patients à développer un TASS après une chirurgie de la cataracte.

Les onguents et une mauvaise stérilisation (mentionnés ci-dessus) sont toujours des problèmes à surveiller, mais certains ophtalmologistes minimisent les dangers que le précipité métallique, certains conservateurs et des solutions d’irrigation intraoculaire avec des niveaux de pH inhabituels peuvent jouer en prédisposant leurs patients au syndrome du segment antérieur toxique.

Conclusion: Une once de Prévention vaut une livre de guérison

C’est tout dire que le TASS peut se développer à la suite d’une exposition à des médicaments, à certains conservateurs dans les anesthésiques et les médicaments, à des endotoxines bactériennes, à des onguents et à des solutions avec des niveaux de pH inhabituels.

L’utilisation d’instruments correctement stérilisés, de solutions intraoculaires à faible conservateur et l’élimination des endotoxines réduisent tous les risques de développer un TASS chez les patients.

Related Post

Leave A Comment